mercredi 26 février 2020

[Photos] Chasse à l'écureuil

La dernière fois que j'ai publié des photos, c'était à l'occasion de ma balade pour éteindre le cerveau. Cette fois, j'avais un véritable but : la chasse à l'écureuil ! Hier, en me rendant à un rendez-vous, j'ai traversé le parc à côté duquel j'habitais l'année dernière. De ma fenêtre haut-perchée, je distinguais fort bien les petits équilibristes roux jouant aux funambules tout en haut des arbres et, de temps en temps, j'en apercevais un quand je me promenais. Hier, je me suis dit que j'avais envie de voir un peu de verdure, et j'ai coupé par le parc sans arrière-pensée. Grand bien m'en a pris : j'ai vu cinq écureuils ! Cinq d'un coup ! Adorablement mignons, avec leurs petites touffes sur les oreilles, leur longue queue et leurs sauts gracieux. Alors j'ai décidé d'y retourner aujourd'hui pour les attraper photographiquement. Pour me punir de mon avarice, Mère Nature m'a mis des bâtons dans les roues.


Faut dire aussi que, allez trouver une boule de poiles couleur carotte dans un tas de feuilles mortes, vous ! J'ai scruté, scruté, et, dans mon élan volontaire, me suis laissée abuser par des feuilles mortes poussées par le vent glacial. Je me suis dit que je n'avais quand même particulièrement pas de chance. Il fait froid, il pleut, y a du monde dans le parc : tout pour les convaincre de rester chez eux ! Au lieu d'arpenter leur territoire de long en large pendant leur sieste, j'ai fait un petit tour un peu partout et j'en ai profité pour prendre des photos. J'ai donc vu des fleurs... Fleurs qui d'ailleurs ne tenaient pas en place, bousculées par le vent. Et moi, sans mes gants, je pestais (j'ai mauvais caractère).


Je regardais partout autour de moi, je trépignais d'impatience, je voulais voir un écureuil ! Au lieu de cela, j'ai vu des oiseaux. J'ai attrapé une mésange sous laquelle je me suis retrouvée par hasard (rendu à ce point, le lecteur aura compris que je ne suis pas un chasseur très doué) et un merle, qui se trouvait au milieu de mon chemin et ne voulais pas s'en aller. Ceci dit, il n'approchait pas trop et me regardait avec méfiance. Il n'arrêtait pas de sauter partout, et comme mon objectif n'est pas très réactif, j'ai dû mettre la mise au point manuelle. Je déteste ça car j'ai tendance à trouver nettes des photos qui, une fois en grand sur ordinateur, sont tout ce qu'il y a de plus flou !


Je tournais sur le sentier, désespérant de revoir un petit rongeur, les mains gelées. Soudain, à l'orée de mon champ de vision, un mouvement.
Un écureuil !... Là ! Là ! Un écureuil ! Viiiiiite !
Le corbeau aura été plus rapide. Il l'a attaqué avant que je ne puisse approcher. L'écureuil s'est un peu défendu puis à pris la poudre d'escampette et, comme j'étais trop loin – et qu'ils ont cette fâcheuse manie de tourner autour des troncs quand ils grimpent –, je l'ai perdu.
Satané corbeau !


Je laissais tomber, de guerre lasse, transie de froid, abattue par la malchance qui me poursuivais. Il faut dire que j'ai croisé des promeneurs avec des chiens, et d'autres avec une enceinte vomissant sa musique à fond. Tout ce qu'il faut pour effrayer mon délicat Poil-de-Carotte ! Et alors que je commençais à partir, revenant sur mon serment de ne pas rentrer chez moi tant que je n'aurais pas eu un écureuil, j'ai vu une mignonne petite boule de poils rousse dans l'herbe.

Trop heureuse pour rester calme, j'ai marché sur lui trop vite, et, effarouché par toute cette présence humaine dans le parc, il a bien vite trottiné en sécurité. J'ai donc une photo. Une (deux en fait, mais sur l'autre, il est caché). Au bout d'une heure de recherche. C'est cher payé le cliché !


La morale de toute cette histoire c'est un peu celle de la soupe au caillou : je n'ai pas vraiment eu ce pourquoi j'étais venue, mais j'ai eu plein d'autres choses !

6 commentaires:

  1. J'ai remarqué que souvent, c'est quand on cherche quelque chose qu'on le trouve le moins. Et puis on n'y pense plus et... ce qu'on cherchait vient à nous. D'où l'avantage à ne pas avoir trop d'attentes !
    Les photos de fleurs sont très belles. Quel appareil photo as-tu, si ce n'est pas indiscret ?
    Aussi, tu avais remarqué que le merle a une bague sur la patte ?
    J'aime bien ton blog, il est très humain. J'attends tes articles avec impatience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai ! D'ailleurs, ça marche quand on a besoin d'un mot, il est là sur le bout de la langue, il ne veut pas venir. On laisse tomber et quelques minutes plus tard, au détour d'une pause-pipi, la révélation surgit ! J'ai entendu l'explication neurologique de ce phénomène il n'y a pas longtemps mais je l'ai oubliée...
      Je te remercie ! :) J'ai un D3100 si je me trompe pas, et j'avais mis dessus un objectif (dont je t'avoue ne pas avoir la référence de tête mais je pourrais regarder) qui zoome et fait aussi de la macro. Après, je ne te cache pas que les photos sont toutes passées à la retouche (pour la luminosité, surtout, car j'ai encore beaucoup de mal à utiliser correctement mon histogramme et que l'écran LCD n'est pas du tout fidèle à la réalité !
      C'est très gentil !! C'est la première fois qu'on me fait un compliment du genre, ça me touche beaucoup ! :D

      Supprimer
  2. Une sacrée aventure ! En tout cas, la photo finale est vraiment belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil ! Mais j'aurais aimé pouvoir m'approcher encore !

      Supprimer
  3. Je connais très bien ce type de chasse que j'avais l'habitue de faire jusqu'à il y a presque trois ans ! Aller dénicher ce petit détail de vie que la plus part ne voit pas... puis je suis devenue maman et mes habitudes de balade ont drastiquement changés. L'on m'a dit que un petit enfant devient plus "autonome" à partir de ses 4/5 ans : c'est bien, j'ai déjà dépassé la moitié de ce temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, plus que l'autre moitié à parcourir, courage ! ;) J'espère que tu pourras reprendre tes balades d'avant plus facilement ensuite !

      Supprimer