dimanche 10 novembre 2019

Prendre soin de son corps

Source – LO INDOMABLE

C'est un article que je veux écrire depuis un moment sans me lancer, plus par paresse que parce qu'il me pose véritablement problème. Pourtant le constat n'est pas très positif... je ne sais pas prendre soin de mon corps. Je le sais depuis longtemps, je m'en suis rendue compte ; et je me suis aussi rendue compte de mon incapacité crasse à corriger le tir.

Je vous avais déjà parlé de quelques problèmes avec mon corps, de ma relation à ma peau et mon sang, et du fait que je faisais sans doute une légère dissociation corps-esprit, de par la manière dont mon discours intérieur s'adresse à moi. Mais en fait, je lutte avec mon corps (car dans le fond il s'agit un peu de ça) d'autres manières. Avec la nourriture, par exemple.

Quand j'étais adolescente, j'ai souffert de compulsions alimentaires plus ou moins jusqu'à ce que je mette un mot dessus. Mais ma relation à la nourriture est toujours complexe. Je n'aime pas manger. D'ailleurs je pense que, quand je mange, je ne mange pas : je me nourrie. Si une pilule existait avec tous les apports nutritionnels de la journée, je pense que je l'utiliserais. Le seul repas qui ne me dérange pas c'est le petit déj'. Le reste, c'est une perte de temps. Du coup, je saute des repas. Mais je saute aussi des repas comme punitions. Par exemple si j'ai bien pensé à prendre mon repas pour le midi mais que je n'ai pas pris de fourchette, je vais me dire "tant pis, tu manges pas, t'avais qu'à prendre une fourchette" alors que je pourrais simplement aller me chercher un sandwich... Et c'est ça un peu tout le temps. Je me dis "je peux tenir, de toute façon". Les soirs où j'ai sport, je mange quand même, parce que je sais que j'ai besoin d'énergie, mais ça s'arrête là. Et quand je suis chez moi, je ne me préoccupe de manger que lorsque mon ventre réclame sa nourriture depuis un moment et que je ne peux plus repousser.

Je n'aime pas non plus me laver (je vous rassure, je me lave). Me laver, ça m'énerve, c'est une perte de temps. Si on pouvait monter tout habillé dans une machine qui te nettoie sans eau en dix secondes, je courrais m'en procurer une. Quand je suis en vacances, j'ai tendance à ne pas me laver les cheveux même quand j'en ai besoin, parce que je me dis que de toute façon je ne sors pas... Dans le soin que je porte à mon corps, il n'y a peut-être que le sommeil qui trouve grâce à mes yeux, parce que sans sommeil on ne peut pas réfléchir convenablement.

Je ne prends pas non plus vraiment soin de ma santé. Du coup, quand je vais chez le médecin, j'ai souvent toute une liste de trucs à lui dire et qui traînent depuis plusieurs semaines. Je rechigne à prendre rendez-vous chez dentiste, podologue, etc., je repousse et je procrastine, j'oublie et je repousse encore... je ne m'inquiète pas vraiment pour ma santé, quand j'ai un rhume la plupart du temps j'attends que ça passe... j'ai des exercices à faire pour me tenir plus droite, et des exercices de respirations, mais je ne les fais plus depuis la rentrée, sous prétexte que je n'ai pas réussi à instaurer une routine rassurante et que donc je ne sais pas quand faire ces exercices alors que concrètement je pourrais les faire n'importe quand. Mais j'ai besoin d'une routine, et je n'en ai pas encore (et vu la gueule de mon emploi du temps c'est pas demain la veille que je vais en mettre une en place). Je ne mets pas non plus suffisamment souvent mon appareil dentaire pour la nuit, bien que je sente que mes dents se déplacent et que j'en ai besoin.

Je pense que tout ça c'est une histoire de contrôle. Si je ne peux pas contrôler le déroulement des choses, si les choses ne se déroulent pas comme prévues (par exemple pouvoir manger avec ma fourchette ce que j'ai amené) alors je me punis, étant entendu que c'est la faute du corps ; c'est la main qui aurait dû mettre la fourchette dans le sac à dos, pas l'esprit. (Oui, je conviens que c'est un raisonnement tordu, mais je pense que c'est plus ou moins comme ça que ça raisonne dans ma caboche... y a du boulot !) Je mets ça sur le dos du contrôle, mais je ne trouve pas l'explication profonde à ça, pourquoi mon besoin de contrôle se manifeste de cette manière.

En même temps, je sais que c'est important de prendre soin de son corps, de bien le choyer et de bien s'en occuper, parce que quand on est bien dans son corps on a plus de chances d'être bien dans sa tête. Mais je ne parviens jamais à prendre le dessus sur mes automatismes... alors ça s'ajoute à la liste de toutes les choses sur lesquelles je dois travailler.

2 commentaires:

  1. Et tu n'aimes pas non plus qu'on prenne soin de toi ? Un massage californien : c'est tellement bien ! On te masse de la tête aux pieds avec une huile qui sent super bon et tu te sens hyper bien après ;)

    Quand je rentre de la piscine, j'aime me doucher et terminer la toilette en tartinant tout mon corps d'une huile sèche au monoï... Après, j'enfile une tenue confortable et des grosses chausses cocooning. Le bonheur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis jamais allée me faire masser, donc je peux pas trop répondre à cette question... mais j'aime bien aller chez le coiffeur !

      Quand je rentre du sport il est tard donc je me rince, j'en profite pour me laver pour pas avoir à le faire le lendemain matin (sauf les dents, évidemment), je mange vite fait et au lit x)

      Supprimer